La cour de Rohan : un petit coin paisible à Paris

La cour de Rohan est accessible par l’étroite rue du Jardinet datant du XIIIème siècle. Un petit coin de verdure dans un des lieux les plus touristiques de Paris.

Bien restauré, cet ancien hôtel présente une succession de trois courettes.
La première, de brique et de pierre, est agrémentée d’un puits équipé de sa margelle à gargouille et d’une poulie.
Un passage mène à la deuxième courette où subsiste une curiosité : le dernier « pas-de-mule » de Paris, utilisé à l’époque pour se hisser sur sa monture.
Dans la troisième cour, un fragment de l’enceinte de Philippe Auguste est encore visible. Jusqu’en 1791, la rue du Jardinet, alors en impasse, butait sur ce mur.

Depuis la fin du 18ème siècle, une large porte permet de rejoindre la cour du Commerce-Saint-André, juste en face de l’entrée secondaire du fameux café Procope.
Danton habitait avec son épouse la maison formant l’entrée du passage et pouvait, par celui-ci, rejoindre le Procope où, depuis longtemps, avaient lieu des débats enflammés.

Au n°8, Marat installa l’imprimerie de l’Ami du peuple dans une boutique récemment rénovée. On y aperçoit la base d’une des tours de l’enceinte de Philippe Auguste.
Au n°9 fut essayée la guillotine, qui d’après son inventeur, le docteur Guillotin, voulait « normaliser » la mise à mort des condamnés.
L’immeuble situé au n°3 de la cour, construit sur ordre d’Henri II, est classé aux Monuments historiques.
Le peintre Balthus a eu son atelier à l’entrée de la cour de Rohan à partir de 1936.

 
La cour de Rohan

Faites appel à un chasseur d’appartement pour vous aider à dénicher l’appartement de vos rêves à Paris ! Vous gagnerez du temps et de l’argent.

Nous vous recommandons également de  valider votre projet immobilier. Ce test vous fera gagner des heures de recherche !